Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 06:13

PEDALER EN MUSIQUE ?
On voit de plus en plus de personnes qui roulent équipées de baladeurs MP*, Serait-ce que la musique aide à pédaler plus vite? Quel que soit votre niveau, l'enthousiasme, la joie et l'entrain font partie des facteurs de motivation pour effectuer tout entraînement physique et l'importance du mental n'est plus à démontrer dans la pratique sportive. En premier lieu, on constate que la musique optimise la concentration au détriment de la monotonie et de la douleur lors de l'effort. En fait, c'est comme si notre capacité d'attention avait une contenance limitée; la distraction issue de l'écoute musicale prend la place réservée à la sensation de fatigue et de douleur du cycliste sans écouteur. Finalement, en écoutant de la musique, on en vient presque à perdre le sens de l'effort! L'effet relaxant de la musique à tendance à nous extraire de la réalité et de modifier notre appréhension du temps qui passe.
Finalement il ne reste plus qu'un problème à gérer, et pas le moindre: la sécurité routière.


Quoi qu'il en soit bonne route.......

Repost 0
Published by David - dans Entrainement
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 07:06
Les étirements augmentent
- le flux sanguin
- la température interne
- l'absorbtion de glucose et d'acides aminés par les muscles étirés
- la souplesse
- l'amplitude des mouvements et la fluidité gestuelle
- la puissance de contraction
- la coordination cerveau-muscles
- la récupération musculaire


Les étirements diminuent
- le temps de réaction
- les tensions musculaires et psychiques


Les étirements préviennent
- les accidents musculaires
- les contractures
- les crampes
- les tendinites
Repost 0
Published by David - dans Entrainement
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 06:43
Le dosage de l'entraînement dépend, en particulier :
- de la distance de course envisagée en compétition.
- des contraintes socio-professionnelles et familiales auxquelles le coureur est soumis par ailleurs.
- de la date et, si possible, de l'heure prévue pour la compétition prise comme objectif.
- du profil chronobiologique particulier de l'athlète.

Toute charge d'entraînement doit être considérée comme une stimulation pour l'organisme. Elle doit déclencher une excitation durable dans les secteurs organiques ou métaboliques mis en jeu. Or la distribution de ces derniers dépend beaucoup de la distance envisagée : la distinction entre sprint court, sprint long, demi fond, fond, marathon représente un découpage encore insuffisant lorsqu'il s'agit d'analyser les effets des processus d'entraînement.

Pour qu'une stimulation entraîne un changement appréciable dans le potentiel des organes sollicités et que ce changement se traduise par un gain en performance, il faut respecter deux principes fondamentaux:

- l'intensité de la charge d'entraînement adéquate doit se situer entre deux seuils définissant un minimum et un maximum.
- la durée, la fréquence et le niveau de la récupération, entre les efforts, doivent être modulés en fonction de la tolérance constatée chez l'athlète soumis à un tel régime d'entraînement.
Repost 0
Published by David - dans Entrainement
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 06:03
Suite à une grosse semaine d'entraînement ou à un stage, vous pouvez ressentir une fatigue légitime. Pour autant peut-on parler de surentraînement ?

Si la fatigue est simplement physique et morale, le surentraînement est un phénomène plus large et plus grave qui se manifeste entre autres par :

- des modifications du comportement alimentaire
- des troubles du sommeil
- des troubles de l'humeur (irritabilité)
- un manque de motivation, voire un rejet
- une apathie
- des difficultés à se concentrer
- une baisse de libido
- etc...

Dans le cas d'une fatigue passagère, 3 à 7 jours constituent un délai suffisant pour surcompenser. Le surentraînement nécessite quant à lui une coupure de plusieurs semaines.
Repost 0
Published by dadsoda - dans Entrainement
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 12:57
Pas n'importe comment...

Comme tout ce qui revêt un côté excessif, ce type de séance est à double tranchant: soit onen sort plus fort, soit plus fatigué. L'important est avant tout d'avoir envie, de partir dans la bonne humeur, seul (avec son Mp3) ou en groupe. Pour retirer un maximum de bienfaits d'une longue sortie, il convient de respecter certaines règles:

Programmez une longue sortie par semaine.
Augmentez progressivement la durée en ajoutant 15' par semaine
Choisir une journée qui vous laisse du temp de récupérer.
Après votre longue sortie, attendre 48h avant de prévoir une séance dure.
Si besoin, protégez-vous de crème anti-frottement (intérieur cuisse - aisselle- etc...)
La veille de votre longue sortie, privilégiez la consommation de glucides lents: riz, pâtes.......
Le petit déjeuner précédant votre longue sortie doit correspondre à celui que vous prenez avant compétition.
Testez vos ravitaillements: barres, gel.......
Le repas qui suit doit vous aider à récupérer: potage, viande blanche ou poisson.
Repost 0
Published by dadsoda - dans Entrainement
commenter cet article

Perso

  • : David Cantatore - Artmann
  • David Cantatore - Artmann
  • : Triathlon, trail, endurance.
  • Contact

Recherche

Prochaine course

100km de Bienne